Si vous voulez suivre mes publications ou être mon « ami(e) » … (2)

Voici un copié-collé d’un article Facebook encore… mais que certain(e)s de mes ami(e)s Facebook n’ont pas dû comprendre…. pfff… pour vous le confirmer, il vous suffit de lire cet article-ci et … la suite sur FB dont j’ai mis le lien en commentaire :

https://carolinehuens.wordpress.com/2015/01/29/mes-soeurs-mes-freres-jusqua-ce-que-la-mort-nous-separe/

10931321_10206132930710598_4985358510846523222_n935509_10202343542052581_733499557_n

Mais donc, voici le copié-collé :

Si vous voulez suivre mes publications ou être mon « ami(e) » … (2)

24 juillet 2014, 20:41

Depuis ma plus tendre enfance l’on m’a demandé

de me calmer,

de me taire,

de respecter les autres,

d’être à leur écoute…

…quand je me mettais en colère,

quand je critiquais quelqu’un ou quelque chose que tout le monde considérait comme « normal », « allant de soi » et que je trouvais, moi, anormal et incompréhensible,

quand je ne respectais pas quelqu’un que tout le monde trouvait respectable,

mais que je considérais, moi, comme une personne vile,

ou/et lâche,

ou/et désagréable,

ou/et blessante,

abjecte,

stupide,

insensée,

idiote,

méchante,

hypocrite,

infatuée d’elle-même,

méprisable,

exagérément égoïste,

insultante,

méprisante,

ordurière,

incompétente,

dangereuse,

quand je n’entendais plus des discours, des leçons, des mises-en-garde, des règlements, des lois

rabâchés,

ennuyeux,

sans aucun bon sens,

dogmatiques,

qui ne tenaient pas compte des  différences, des exceptions, puisque les exceptions confirmaient la règle…

iniques,

injustes.

Oui, presque à chaque fois que je me rebellais…l’on me disait que j’étais

hystérique,

folle,

malade,

égoïste,

impolie,

immature,

mal-élevée,

peu aimable,

détestable,

infecte,

excessive,

trop nerveuse,

criallarde,

braillarde,

conne,

stupide,

méchante,

violente…

…et qu’il fallait me calmer, me soigner, m’apaiser, me faire violence (et oui, encore), endurer, me taire, surpporter, comprendre, pardonner, faire du yoga, de la relaxation, du sport, taper dans un coussin à l’abri des regards, prendre du xanax, des anxiolytiques, aller dormir, être patiente, être douce, obéissante et gentille.

Même si j’avais mal, même si j’avais peur, même si j’étais blessée, offusquée, ulcérée….je devais prendre sur moi, pardonner « parce qu’ils ne savaient pas ce qu’ils faisaient » tous ces salauds, toutes ces salopes…

…et ils/elles ne le sauraient pas encore cette fois-ci…

…ils/elles ne reconnaîtraient pas leurs erreurs et manquements, ignominies cette fois-ci…

…ils/elles ne se sentiraient pas coupables cette fois-ci…

…ils/elles ne seraient pas responsabilisé(e)s, puni(e)s, engueulé(e)s, humilié(e)s, remis(e)s à leur place cette fois-ci…

…ils/elles ne devraient aucune réparations cette fois-ci…

…comme toujours, comme toujours, comme toujours…et jusqu’à la fin des temps, Amen.

Pardonne-leur, Caro, pardonne-leur, toi tu as d’autres choses à faire qu’à être en colère, toi tu es faite pour être vive et lègère, joyeuse et insouciante, mature et bonne-fille, tendre et douce, jolie et créative, drôle et amusante. Oui, quand tu es comme cela, nous n’avons plus peur de toi, oui, tu es aimable et aimante et tu fais de nos vie une fête permanente, un bain de jouvence. Ferme-les yeux, détourne-la tête, oublie et pense à autre chose et calme-toi, calme-toi, calme-toi, tu nous fais peur, tu nous fais mal, tellement mal, tellement peur, si tu ne parviens pas à penser à autre chose, nous te laisserons seule à réfléchir dans ton coin jusqu’à ce que tu sois calmée.

La société actuelle est une société perverse, une société extrêmement violente, la pauvreté n’est pas éradiquée, au contraire le fossé entre les riches et les pauvres ne fait que s’agrandir, la pollution, la surproduction n’ont pas disparu, bien au contraire aussi, le patriarcat est aujourd’hui insidieux et d’autant plus violent (Tous les 2,5 jours une femme meurt sous les coups de son compagnon, je le répète et je l’ai déjà écrit dans mon article adressé à ceux qui me suivent), le racisme, l’intolérance, les guerres fratricides…bref, le monde et l’humanité vont de plus en plus mal. Alors bien sûr, il ne faut pas s’épuiser seul(e)s à essayer de sauver tout le monde, bien sûr il y a moyen de faire une révolution douce pour certaines choses, une révolution tranquille (j’ai déjà publié plusieurs fois le descriptif du bouquin : « Un million de révolutions tranquilles ») …mais, mais… quand l’on assiste à un viol, quand l’on s’aperçoit qu’une copine s’est fait tabasser, quand on se rend compte qu’une autre n’a plus aucun revenus depuis 3 mois pour des problèmes administratifs, quand on voit des réfugiés politiques parqués par familles entières dans une église pas chauffée en plein hiver à deux pas d’un « village de Noël » rutilant de guirlandes, de boutiques de caviar et champagne, quand votre enfant revient de l’école avec des tics et qu’il cauchemarde la nuit alors qu’une semaine auparavant il riait à gorge déployé à la fin des vacances, que vous l’interrogez et qu’il vous dit qu’on l’insulte en permanence, le traitant de fou, d’idiot ou d’extra-terrestre et que sa maîtresse l’appelle « Le cosmonaute qui doit redescendre sur terre »…oui, quand l’on voit toute la violence qui est là, en permanence sous nos yeux, que l’on subit soi-même, désolée, on ne reste pas serein et tranquille, on ne se tait pas, on ne pardonne pas alors que les agresseurs, les violeurs, les assassins, les égoïstes, les abuseurs, les exploiteurs, les salauds, les salopes ne reconnaissent pas les faits, ne demandent pas pardon et lque l’on n’a pas obtenu les réparations qui nous sont dues. Quand je vois, aujourd’hui quelqu’un qui tend l’autre joue comme il l’a toujours fait auparavant, hé bien, cela me met en colère, cela me met même parfois en rage ou cela me désespère. En tous cas moi, aujourd’hui, il est hors de question que je ne riposte pas, que j’essaie de me calmer lorsque l’on m’attaque ou que l’on me gruge. Je ne suis plus une esclave consentante. Et il est de mon devoir moral de défendre les opprimés vu que j’ai les capacités pour cela. Et mes réactions sont violentes, extrêmement, à la mesure du tort qui m’est fait. Je préférerais, Oh combien, avoir un lopin de terre à semer, une masure à retaper, un ruisseau pour tremper mes pieds, des amis pour créer, faire de l’art, jouir de la vie, refaire le monde en toute sérénité, des moyens financiers pour acheter tous les livres, voyager, suivre des cours, des séminaires, créer encore, acheter des outils….mais ce n’est pas la réalité, ce n’est pas le monde dans lequel je vis, je vis dans un monde violent et je ne peux me permettre d’être tranquille et de ne pas mobiliser toutes mes forces et mon énergie à le combattre. D’autant que les agresseurs, les abuseurs, les bourreaux, quand on ne leur fout pas la pâtée, ils continuent avec d’autres victimes leurs méfaits. C’est inadmissible l’inertie du peuple. C’est inadmissible, c’est tout. Il faut se responsabiliser un peu, chacun et chacune, ne pas vouloir aller dormir et se faire du bien. Il faut prendre les armes et se battre si l’on en a l’énergie, la force et les capacités. Si cela fait peur, si cela effraie certain(e)s j’en suis navrée, j’en suis désolée, cela me peine et je comprends fort bien qu’ils/elles s’éloignent et se mettent à l’abri, mais ceux qui sont nos bourreaux, nos despotes, j’espère bien leur faire peur, les effrayer, les terroriser, ça oui!

Que la peur change de camp, une bonne fois pour toute!

Ce n’est plus aux victimes d’avoir peur!

Ce n’est plus aux victimes de se taire!

Ce n’est plus aux victimes de se sentir coupables!

C’est aux victimes, aujourd’hui de crier, de hurler, d’éructer, de faire peur aux despotes, aux boureaux, aux hommes et aux femmes violent(e)s! 

C’est aux victimes, enfin, à être violentes! 

C’est aux victimes à être entendues, soutenues, aidées dans leurs combats pour la vie, le respect de leur dignité!

« C’est un équilibre très dur, entre le fait d’être débordant et ingérable pour les autres (alors que c’est bien souvent rien de moins que de l’enthousiasme et le fait de vivre au présent), et le fait d’être muré dans le silence et parfois considéré comme hautain et froid. »

http://www.surdouement.fr/surdoues-arretez-de-passer-pour-des-idiots.html

https://www.facebook.com/notes/caroline-huens/si-vous-voulez-suivre-mes-publications-ou-%C3%AAtre-mon-amie-2/10204302337301238?pnref=story

http://www.psychologies.com/Therapies/Developpement-personnel/Epanouissement/Articles-et-Dossiers/Accords-tolteques-4-regles-pour-etre

10494768_10204302931876102_2898694149765205956_n10458964_10204303045998955_629611161998668457_o

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s