Le mal que l’on peut faire à nos enfants…

Si vous avez suivi mes dernières péripéties de ma vie trépidante de militante féministe via ce blog ou sur Facebook (ou les deux 😉 ) , vous devez commencer doucement à comprendre quelles « méthodes » j’utilise. Mais je vais les réexpliquer et parler d’un sujet dans cet article qui est particulièrement délicat. Car il nous concerne tous en tant qu’enfants de nos parents et en tant que parents de nos enfants, si nous « avons » des enfants …mais aussi si nous avons la charge « d’éduquer » les enfants des autres… C’est-à-dire, à mon avis, toute personne majeure (et non déchue de ses droits ou sous tutelle), car toute personne majeure a un pouvoir d’influence sur les enfants … de quelques parents biologiques dont ils pourraient être issus. Ne fut-ce que par son exemple… par ce que nous faisons… et non pas par ce que nous disons… Le : « Faites ce que je dis et non pas ce que je fais »… ne fonctionne absolument pas, je ne sais si vous en avez déjà pris conscience, mais, moi, oui.

 

Donc, j’essaie, dans la mesure de mes moyens de mener une lutte politique de terrain en montrant l’exemple…plutôt qu’en allant « éduquer » qui que ce soit, « expliquer » à qui que ce soit comment il/elle doit mener sa vie.

 

J’essaie d’étaler ma vie privée au grand jour car je me suis rendue compte que ma vie privée était beaucoup plus « politique » que ma vie publique… et qu’elle avait beaucoup plus d’influence sur les autres, mes concitoyen(ne)s, que le fait d’aller manifester avec un groupe quelconque pour « l’égalité des chances », « les droits des femmes », « les droits des sans-papiers », « les droits des enfants », « les droits des pauvres », etc. …car mes contemporain(ne)s n’en n’ont strictement rien à caler de tous ces droits… mes concitoyen(ne)s sont uniquement préoccupé(e)s de leurs intérêts personnels , leurs droits sociaux à eux/elles et ne descendent dans la rue que quand l’on touche à leurs acquis sociaux à eux/elles … acquis sociaux par leurs parents…ou plutôt, leurs grands-parents, voire leurs arrière-grands-parents, voire leurs ancêtres chenus…voire par personne de leur famille pour tout dire. Leurs « Pouvoirs » d’achat. Leurs pensions. Leurs congés payés. Leurs droits à se faire avorter. Leurs « droits » de vote… et de se faire entuber, en fait, leur droits d’abdiquer, de se déresponsabiliser de leurs devoirs de citoyen(ne)s… Le seul acquis social des féministes que je remets en question aujourd’hui… Aujourd’hui, car aujourd’hui, j’ai enfin compris la lettre à Jean Grave de mon arrière-arrière-grand-oncle Elisée Reclus. http://www.homme-moderne.org/textes/classics/ereclus/jgrave.html  Ne croyez pas que je me vante de mon ascendance illustre, non, j’ai enfin honte de moi, j’ai enfin compris ce qu’il voulait dire par là, je suis enfin en pleine conscience et je commence seulement à lui rendre hommage. A comprendre… toute l’influence qu’il a pu avoir dans ma vie. A respecter sa mémoire. A suivre son exemple… et ce n’est vraiment pas facile, je peux vous l’assurer. Comme de suivre la route de beaucoup de personnes que j’admire et à qui je voudrais ressembler :

recite-1axy9du

Louise Michel, Anne Sylvestre, Alice Sapritch (oui, pas au point de vue politique, elle était peut-être une méchante citoyenne modèle…une qui votait encore…et à droite, peut-être aussi! 😦 ), Robinson Crusoë (mais avec vendredi, samedi, dimanche et leurs petiots, hein, sans maîtres et sans esclaves, hein !), Pierre Rabhi ( edit : Depuis cet article ma sœur m’a fait découvrir ceci :

http://blogs.mediapart.fr/blog/yann-kindo/120714/contre-pierre-rabhi-et-qualthusser-repose-en-paix

et ceci :

http://confusionnisme.info/tag/gabriel-rabhi/

😦

… je suis donc, profondément déçue… pffff…. pourquoi les humains sont-ils tellement décevants?

Mais doit-on toujours se méfier de tous et toutes?

Perdre la foi?

Une de mes graaaaandes questions…. )

, Tarkovski, etc. Je ferais la liste complète un jour, mais là, je vais abréger. Donc, mes modèles. Mes héros et héroïnes. Les Jedis. Les forces du bien. Mes pères et mes mères à penser. Non pas mes maîtres à penser. Vous voyez la nuance? Je me permets de les critiquer. Je me permets, moi, Caroline Huens, 45 ans au compteur de ne pas suivre exactement et à la lettre la même route qu’eux. Je déteste les dogmes, les lois … et les interprétations des écrits qu’en font les patriarches, les capitalistes… ceux du côté obscur de la force…

Et ce n’est pas facile de suivre leur exemple à cette tripotées d’héros et héroïnes. Ce n’est pas facile de le faire car cela demande du courage. Beaucoup de courage. Vraiment beaucoup beaucoup de courage d’être une … méchante… pour tous/toutes les autres considéré(e)s comme gentil(le)s … comme dans la chanson :

Et ceux/celles qui sont considéré(e)s comme gentil(le)s par tout le monde… ben, ils/elles ne se conduisent pas toujours voire pas souvent comme des gentil(le)s avec les vrai(e)s gentil(le)s…. si vous me suivez toujours… si vous êtes bien des gentil(le)s 😉

Donc il y a des faux gentil(le)s qui se sont montré(e)s très méchant(e)s vis-à-vis de vrai(e)s gentil(le)s qui n’avaient pas leurs langues dans leurs poches… du style mon aïeul que les vrais méchants ont dézingué et bouté hors de France après la Commune… vous comprenez?

De même, de faux/fausses gentil(le)s sont venu(e)s ces derniers jours me dézinguer sur mon mur Facebook….en croyant le faire pour mon bien…malheureusement …parce qu’ils/elles croyaient que j’étais dingue de publier des photos de moi seins à l’air sur mon profil public et bête comme mes pieds de m’offusquer des réactions érectiles de mes « amis » masculins et de me montrer une trèèèès méchante fille en publiant sur mon mur leurs MP… Bref, ils/elles m’ont fait du slut shaming et m’ont, surtout, terriblement blessée… sans s’en rendre compte, bien sûr. et j’en ai parfaitement conscience.

Bon je vais continuer cet article demain (ou quand je n’aurai rien de mieux à faire) et vous parler de ma mère. Une autre de mes héroïnes, une autre qui m’a montré la route à suivre et je la suis bien la route. Seulement, ma mère a fait des erreurs…parce qu’elle n’était pas parfaite, ce n’était pas une sainte mais une simple mortelle…et elle l’est toujours. Je vais essayer de la rassurer car je sais que je l’inquiète. Elle croit aussi que je m’égare. Je vais essayer de lui montrer que non. Qu’elle peut me faire confiance. Que je suis une gentille. Et que ce n’est franchement pas facile de l’être aujourd’hui encore plus qu’hier je crois. Parce que le monde est beaucoup plus abîmé qu’autrefois. Parce qu’il est beaucoup plus rempli de méchants qu’autrefois. Parce qu’il a basculé vers les forces du mal. Le patriarcat, la prostitution, le sexisme, le racisme, la pornographie, la pudibonderie, le capitalisme, le Dieu Argent, le veau d’or, l’égoïsme, les egos mal placés et toutes ces choses infâmes, abjectes qui empêchent les vrai(e)s gentil(le)s de vivre ensemble en toute simplicité, amour et respect les un(e)s avec les autres…581799_626018967431794_1703585697_n

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s