Alexandrins pour un crétin

cyrano_002

J’ai rencontré nombreux crétins quand j’étais inscrite sur un site de rencontres. L’un de ceux-ci, parfait goujat, s’était cru intelligent de m’envoyer une diatribe en alexandrins. Car après qu’il m’eut offert un repas et quelques verres de rosés, je l’avais éconduit, non sans l’avoir remercié pour le payement de la note que je n’avais, au demeurant, jamais réclamé qu’il la règle seul. Il osa me faire reproches de ne l’avoir pas fait, mais, je suppose, qu’il attendait un autre « remerciement » de ma part. Sans doute, pensait-il, aussi, que mon goût pour le théâtre et la belle poésie, allait me pousser à le regretter, lui, un poète si prolixe. Il eut bien tort, surtout de m’attaquer avec des armes que je maîtrisais mieux que lui et je suis tellement fière (comme un paon, je n’ai plus de cols à mes chemises, je suis arogante aussi, d’ailleurs, et je dirai même plus! :p :p ) de ce que j’ai pondu, que je ne résiste pas à vous les faire lire.

La diatribe du crétin :

O rage! O désespoir! O Caro ennemie! N’ai-je donc tant vécu que pour ton infamie?!…

On te fait ce coup rance, et tu dis: ‘ça me tue!’ Mais en cette occurrence, c’est toi la malotrue!

‘Je veux tout, tout d’suite et pour toujours’ (Antigone) Mais il y a parmi vous, un sacré tas de co***!

Au lieu de t’inquiéter pour ton cher clitoris, Tu ferais mieux, crois-moi, de connaitre tes vices!

Continue de penser que tu es la plus belle, C’est bon pour ta santé, tu n’es plus jouvencelle…

De ma part, sans rancoeur, entends, c’est sans appel: Tu n’es pas, question coeur, une qu’on peut nommer ‘belle’!

De même, sur ton physique, que tu penses être au top, Y’a quand même quelques hics, tu m’as fait un gros flop!

Et si j’ai été veule -je le sais, j’suis pas beau!-, Je ne fus pas le seul à prendre un beau râteau!

J’ai offert ton rosé, nos rosés, les chilis, Mais tu n’as rien laissé, ni au r’voir, ni merci!

De retour au foyer, je me rue sur l’ordi, Mais tu n’as rien laissé, ni au r’voir, ni merci!

Adieu ou à bientôt, ô toi méchante Ingrate! Unissons nos grands maux, ne sois plus si goujate!

Oui nous pourrions -sans doute!- faire plaisir à nos corps, Et suivre une belle route, devenir les plus forts Des amants de la Terre, et que, pour tous nos jours, L’écho de l’Univers résonne de notre Amour!

Mon camouflet ici :

Pour de l’introspection use de ton esprit

Car ménager les cons, je n’en n’ai nulle envie

T’ai je donc demandé, s’il-te-plait, de payer

Et de tout te permettre pour un peu de rosé?

Car on n’achète pas amitié et amour

Avec quelques piécettes, des verres, un plat du jour.

Tu parles d’esthétique, je te parle de cœur.

Dans les bras d’un homme ‘laid’, je couche avec bonheur.

Je le trouve pourtant beau par sa délicatesse,

Son écoute attentive, sa douceur, sa tendresse,

Il sait manier les mots aussi, tout comme toi,

Mais avec son âme, ce que tu ne fais pas.

Ou ton âme est avide et pleine de rancœur,

Mal-aimée, c’est possible, sans aucune douceur?

Car il ne suffit pas de torcher, c’est certain,

Belles phrases, bons mots, deux trois alexandrins

Pour espérer de moi un chouïa d’attention

Du respect, de l’envie et de la compassion.

Quant à ma goujaterie, tu te poses un peu là!

Puisque avec mes amies, tu fis ton cinéma,

Un étalage gênant de toutes tes connaissances

De pouvoir rester coi, tu n’eus pas la décence.

Avant de t’offusquer, réfléchis donc un peu

Et regarde la poutre qu’il y a dans tes yeux.

J’ai donc pratiqué une « castration symbolique » d’un pauvre garçon dans la « misère sexuelle et affective »… mais, surtout, baignant dans la culture patriarcale qui transforme les femmes en objets consommables et jetables, qui nie le désir ou le non-désir des femmes, qui pense que les hommes peuvent acheter des services sexuels et/ou affectifs contre un compliment, un billet, des billets, un repas, la réparation d’un ordinateur, le changement d’une roue …selon l’estimation, l’évaluation, le jugement … des hommes, leurs « appréciations personnelles » …tacites…maaaaais implicites de la « valeur » des « prestataires de services » et du « montant » qu’ils devront « débourser » pour qu’elles « acceptent » les services sexuels, ou affectifs, ou les deux à la fois, et pour un contrat à durée déterminée tacite, encore, mais qui peut évoluer vers un CDI, si les services rendus sont jugés satisfaisants et à la portée des bourses desdits braves hommes. Selon les lois du marché. De l’offre et de la demande de chairs plus ou moins fraîches. Les boursicotteurs sont des hommes et les femmes des marchandises dans le splendide « marché de l’amour » du XXIème siècle. 😦

L’affection, l’amour, le désir, les relations sexuelles, le consentement ne s’achètent pas!

Ils peuvent se susciter… mais cela demande un tout autre investissement. Un investissement affectif, de l’humilité, de l’intérêt réel, du respect, de la patience… et cela ne « marche » pas à tous les coups… et cela demande donc, aussi, d’arriver à surmonter sa frustration sans gémir, s’en plaindre, jouer à la victime, se vexer, humilier, insulter la personne qui ne vous a pas porté le même « intérêt » en retour, voire … « d’essayer » de ne pas la violer cette saaaaalooooope qui ne se prend vraiment pas pour … une pute … 😦

Vu que je dénonce aujourd’hui la culture du viol (après des années de silence où je l’ai subie quotidiennement), la pornographie, la prostitution sur ce blog et plus seulement sur FB, j’ai donc copié-collé cet article que j’avais déjà publié ici :

https://www.facebook.com/notes/caroline-huens/alexandrins-pour-un-cr%C3%A9tin/10204253436838757

Et comme c’est Rostand qui m’a inspirée mes vers, voici en cadeau :

http://lewebpedagogique.com/simplifier/2009/04/14/1-la-fameuse-tirade-du-nez/

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s