Abraham Maslow Psychologie humaniste…

recite-1wtqlh8 16824_10205840711119622_1403055436180883340_n

Voici un « copié-collé » d’une partie d’un article fantastique que j’ai découvert grâce à mon cadet, qui, avec une de ses profs et ses camarades de classe,  discutent de mondes idéaux, de revenus universels, etc. … Je ne suis pas très chaude pour les emplâtres sur les jambes de bois…pour moi, le revenu de base… ce n’est pas suffisant pour échapper au capitalisme et peut même…être très dangereux si cela entraîne la suppression des acquis sociaux… De même la vision élitiste des « méritocrates » me ferait plutôt gerber. car ils continuent à penser que certain(e)s devraient être plus égaux que d’autres comme disait Orwell…vu que ceux/celles qui naîtraient plus doué(e)s et en bonne santé que d’autres auraient plus de droits et de plaisirs (donc plus de besoins) que ceux/celles qui ne seraient pas capables d’être « rentables » pour la société et donc « moins méritants »… donc ayant moins de besoins. Ma conception de l’équité est toute autre. Ceux/celles qui sont né(e)s avec plus de moyens que les autres… devraient avoirs plus de devoirs… et moins de besoins…puisqu’ils/elles sont autonomes et dépendent donc moins des autres pour être satisfait(e)s… par contre, les personnes qui naissent avec moins de capacités physiques et mentales…ont de plus gros besoins et moins de moyens pour les satisfaire. Ils/elles devraient donc avoir plus de droits…. et moins de devoirs. Notre société fait tout l’inverse, comme de bien entendu puisqu’elle est profondément immorale et particulièrement malade. Déjà, elle a récupéré les travaux de cet humaniste pour … en faire une belle saloperie pyramidale… ce que j’ai découvert grâce à ma discussion avec mon fils …  🙂

Par exemple; Maslow n’a jamais parlé de pyramide! 😦 Donc, le patriarcat et son fils, le capitalisme ont déjà déformé ses propos pour en faire… un système hiérarchique… donc, pour rejeter l’idée que l’humain a autant besoin de pain … que d’amour… 😦  … pour vivre … et induire l’idée que l’argent est absolument nécessaire… ainsi que le travail … pour mériter de vivre … Lafargue et son droit à la paresse peut donc aller se rhabiller, on n’en parlera plus…. quand on parlera de Maslow … dans les séances de coaching des managers et autres « pédagogues », « philosophes » … d’entreprises et/ou d’institutions scolaires…

Voyez vous-mêmes :

pyramide_Maslow01  😀

Diapositive11 maslow 😀

Pyramide12 maslow2 😀

fernando-pareja-leidy-chavez-20

Mais voici les extraits que je trouve magnifiques et optimistes pour ceux/celles qui ne jugent pas les pauvres responsables de leurs misères contrairement à ceux/celles qui ne veulent pas donner une pièce aux mendiant(e)s « car ils/elles doivent se prendre en main, se lever tôt, bosser comme nous et se sevrer sinon notre « générosité » envers eux/elles ne servira à rien, ils/elles iront la dépenser pour boire ou se droguer ou la donner à leur réseau mafieux…  » 😦 … les « méritocrates » qui n’ont aucune conscience… de leur mauvaise estime d’eux/elles-mêmes … une trop haute… et qui jugent les autres à l’aune de leur vie à eux/elles en snobant ceux/celles qui ne sont pas né(e)s sous une si bonne étoile. Comme si nous naissions tous/toutes égaux/ales…

 » Il y a les besoins fondamentaux comportant les « besoins physiologiques », puis les « besoins socio-psychologiques ». Ensuite il y  a les métabesoins dits « besoins ontiques » concernant l’être, concernant le plan existentiel.

Une carence à chacun de ces besoins peut donc générer une psychopathologie dont la cause est plus carentielle que traumatique. De même que le scorbut est causé par une déficience en vitamine C et non par un agent infectieux, les psychopathologies sont, selon Maslow, engendrées par des carences de satisfaction au niveau des besoins physiologiques, psychologiques ou ontiques. Le remède consiste alors en le fait de combler la carence. « La privation des besoins fondamentaux est susceptible, on le sait, de créer des maladies à ranger dans la catégorie des maladies  » carentielles » » (Maslow 2006, p.43), qu’il s’agisse du plan physiologique, socio-psychologique, ou du plan ontique.

Maslow ne voit pas alors un sujet atteint d’une maladie psychique au sens où on l’entend habituellement. Il voit un sujet en voie d’émergence, de développement humain, plus ou moins empêché dans son accomplissement à cause de carences.

La psychopathologie n’est alors plus considérée comme l’expression de quelque chose à enlever, à chasser, à purifier ou à éradiquer… mais simplement comme l’indice qu’un être en devenir doit être accompagné pour simplement aller vers ce qu’il a à être, pour accomplir sa vraie nature, pour aboutir à une complétude du Soi.

Le paradoxe est que nous vivons dans un monde à qui nous devons la vie, à qui nous devons d’exister, mais qu’en même temps ce monde semble nous rendre difficile la tâche qui consiste à venir vraiment au monde. D’un côté nous ne serions rien sans l’existence des autres, mais de l’autre, les autres freinent l’émergence de soi. Il y a sans doute là un processus pertinent qui nous échappe, deux réalités apparemment contradictoires qui contribuent à quelque chose qui nous construit plus que nous ne le croyons. Comme le dit Maslow, au niveau ontique, les dichotomies (oppositions) s’évaporent et ne sont plus un problème (p.253) A ce stade on va« Dépasser les dichotomies pour aller vers un ensemble d’ordre supérieur » (2006, p.302).

2.3Un être humain en devenir

Avec Maslow, nous retiendrons surtout l’idée d’un individu en train de « devenir humain », « plus humain », animé d’instincts qui lui sont propres et le distinguent particulièrement de l’animal, le portant progressivement vers les valeurs ontiques (de l’être). Maslow insiste sur la nature instinctoïde de ce processus et n’y met aucune métaphysique particulière. Il s’agit, pour lui, de l’humain en accomplissement de soi, de sa propre nature, qu’il convient plus d’accompagner dans sa croissance intérieure que de guérir d’hypothétiques maladies venant de l’extérieur.

Il souligne que le regard sur le plaisir a culturellement été embrouillé et n’a pas permis de voir clairement ces besoins fondamentaux et ontiques de l’humain :

« Je pense que la principale raison pour laquelle les théories hédonistes* de valeurs et de l’éthique ont échoué au cours de l’histoire est que les philosophes ont enfermé les plaisirs motivés par la pathologie avec ceux qui le sont par la bonne santé » (2006, p.27). *[Hédonisme : philosophie du plaisir] »

Voici le lien pour lire l’article fantastique dans son intégralité :

http://www.maieusthesie.com/nouveautes/article/maslow.htm

Edit … et comme d’habitude, ce sujet m’en a fait apparaître d’autres comme le droit à la paresse, le débat entre  Bernard Friot (qui me débecte!) et Anselme Jappe (que j’ai du mal à comprendre totalement, mais qui me paraît franchement plus compatible avec mes idéaux anarchistes 🙂 ❤ )

http://lapige.be/2013/10/festival-des-libertes-travail-consomme-creve/ 🙂 ❤ Merci Camille!

http://seenthis.net/messages/197692

http://www.tantquil.net/2014/04/12/quest-ce-que-cest-la-valeur-premiere-partie/

http://www.tantquil.net/2014/10/01/quest-ce-que-cest-le-travail-domestique-2/

http://www.palim-psao.fr/article-apres-l-economie-de-marche-debat-contradictoire-entre-anselm-jappe-et-bernard-friot-enregist-121177845.html

http://www.tantquil.net/2013/09/21/faut-il-frire-bernard-friot-et-son-salaire-socialise/

http://www.tantquil.net/

http://jackaimejacknaimepas.blogspot.be/2014/04/toute-domination-est-un-mal.html

Publicités

2 réflexions au sujet de « Abraham Maslow Psychologie humaniste… »

  1. Ping : Enfants de pervers : voués à la violence, la dépression ou la destruction de soi si pas de remise en question… | Caroline Huens

  2. Ping : La violence éducative ordinaire : enfant du patriarcat | Caroline Huens

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s