Commentaires au sujet d’un article au titre provocateur : « 75% des hommes sont des connards selon une (« )étude(« )… »

J’ai partagé un article du « Courrier des échos » (qui décrit les stéréotypes des phallocrates) sur Facebook … cela a suscité pas mal de réactions de mes lecteurs/trices et un partage de l’article d’un de mes « amis » … avec, encore, d’autres réactions. Je les trouve fort intéressantes car elles soulèvent plein de questionnements sur les difficultés des relations sexuelles et affectives entre les hommes et les femmes, sur la violence patriarcale envers les femmes et les enfants, sur … le patriarcat en gros et en détail… Je ne crois absolument pas à cette soit-disant étude dont parle cet article, mais, je crois sincèrement que les hommes sont élevés pour devenir des patriarches et les femmes pour devenir des esclaves domestiques et sexuelles desdits patriarches … et je ne suis pas sûre du tout que les 25 % des hommes qui ne seraient pas des « connards »… soient réellement … des hommes matures et capables d’assumer leurs responsabilités … et non des gamins de merde, des adolescents qui usent et abusent de leurs privilèges … de patriarches, de phallocrates, de misogynes, d’égoïstes … caaaaaar :
11014631_10205087160130831_2166014556414989098_nLaboEgalite campJan12 1c30a35c27687340b854a4ace12a23480ec1f4c03
3520129_6_4afa_les-chiffres-des-violences-faites-aux-femmes_d499c6f3b9369a78445a4f2390a20999laboratoire-egalite2-big
… entre autres choses …
Je copie-colle (je suis une grosse feignasse, maintenant, vous devriez bien me connaître ! 😀 ) l’article initial et les commentaires… (dont mon dernier que FB doit juger trop long puisque je ne parviens pas à le publier! 😀 )

« La dure réalité pour les femmes qui recherchent l’amour aujourd’hui est qu’elles ont toutes les chances de tomber sur un connard. Le meilleur conseil que je puisse leur donner, c’est de choisir la catégorie de connard qu’elle supporteront le mieux et… de prendre sur elles » concluait le Pr. Bruandet. … Ben, moi, je ne leur conseillerais pas cela, mais bien plutôt de les rendre… intelligents ! … oui, cela leur fera mal … aux coucougnettes, mais, pour eux, comme pour nous, ce ne sera qu’un mauvais moment à passer! Ensuite, une fois que la (ou les ) castration(s) symbolique(s) sera/seront effectuée(s), l’amour de soi et l’amour des autres seront sources de joies pour eux comme pour les autres, non? La résignation n’a jamais été ma tasse de thé et pour vous, qu’en est-il? émoticône smile://ww2.lecourrierdesechos.fr/index.php/index.php/sciences-tech/75-des-hommes-sont-des-connards-selon-une-etude/?utm_content=buffer2060d&utm_medium=social&utm_source=facebook.com&utm_campaign=buffer#.VRPcqjuG_-Q

Trois hommes sur quatre en France sont « des connards », a-t-on appris ce mardi de source universitaire. Après deux ans d’expérimentations sur plus de 7000…
WW2.LECOURRIERDESECHOS.FR
  • Caroline Huens Bon, là-dessus, je ne crois pas vraiment à la véracité de cette « étude » hein!
  • Caroline Huens Par contre, je crois à fond la caisse à la véracité de ces témoignages ! : http://projet-nice-guy.tumblr.com/?og=1

    « Enfin un espace pour libérer la parole de tous les nice guy ! » – un nice guy
    PROJET-NICE-GUY.TUMBLR.COM
  • Phx Phxfromfrance et quel est ton « préféré » ?
  • Caroline Huens Celui qui a le courage de se regarder dans un miroir et qui reconnaît ce dont on l’accuse et qui décide de grandir et de se montrer digne de porter le nom d’homme en allant voir un bon psy et sans venir pleurnicher dans les jupes des femmes. Celui qui se sent morveux et qui se mouche dans son mouchoir à lui, non dans celui de ses enfants (ce que fait régulièrement le père des miens dès qu’une femme le quitte ou qu’il rompt lui-même ), de sa mère, d’une « nouvelle compagne parfaite  » (tant qu’elle ferme sa gueule et/ou qu’elle n’a pas remarqué, encore, qu’elle avait affaire à un connard ) .
  • Anne Löwenthal Le Courrier des Echos
  • Astérie Mukarwebeya Pour le bien des femmes et de leurs filles, je demande aux mères qui accouchent de ces hommes, de mieux s’appliquer désormais. Si possible, qu’elles prouvent leur intelligence dans l’éducation de leurs fils.
  • Charlotte R-d Et aux pères, donc (s’ils sont là)… Sinon « connard » est un terme trop vague et fourre-tout en somme. Pour moi il symbolise peut-être l’arrogance, la violence et le manque de déconstruction…
  • Astérie Mukarwebeya Arrêtez donc de frèquenter ce genre d’hommes : il y en a de bons, de gentils, aimant, calins. Et en assez grand nombre pour laissez vos ‘connards’ à leur triste sort. Je vous jure que je vis dans le même royaume que vous!
  • Charlotte R-d A qui parlez-vous ? Je pense que ça n’est pas si simple pour nombre de femmes qui sont imbriquées dans certains pièges, et elles ont beau le savoir qu’elles vivent des injustices, mais ça n’est pas si simple sinon les statistiques seraient à la baisse concernant les violences ou les meurtres par exemple (sinon à titre personnel les hommes je m’en fiche mais à un point…)
  • Alphonse Munyakinani · Amis avec Astérie Mukarwebeya

    Pas d’accord!
  • Astérie Mukarwebeya Charlotte R-d, je ne suis pas naïve et je sais qu’il y a des femmes victimes de violence. Ce qui me chiffonne, c’est quand on généralise. C’est quand on oublie que nous, femmes, avons aussi un droit de regard sur l’éducation tant des filles que des garçons. Je suis sidérée par cette façon qu’ont certaines femmes de ‘se passer’ après les autres sans qu’on le leur demande. (J’avoue l’avoir fait aussi. Mais j’ai vite abandonné). Plus je lis sur les rapports hommes&femmes, les notions du CARE, l’intersectionnalité et féminisme, et plus je me demande si le gros du travail ne ce situe pas du côté des femmes. Les éveiller, les conscientiser différemment peut-être,..
    2 h · J’aime · 1
  • Victor Segundo Pourquoi utiliser et admettre l’utilisation généralisée de termes désignant des parties du corps féminin pour exprimer le mépris et la réduction ? LUTTONS CONTRE CET ABUS DE VOCABULAIRE !
  • Agathe Uwamaliya · Amis avec Astérie Mukarwebeya

    Sommes nous posées la question pourquoi sont ils connards? Est une maladie contagieuse( par ses camarades) , innée, guérissable ou pas…peut on voir ce comportement de connard tout au début de la relation ou comment déceler ce comportement et éviter ce genre d hommes? Sans généraliser beaucoup d hommes ne sont pas connards qu on se le dise… Par ex nos pères!!!être connard c est passager je crois, ca passe! Y a t il des connards dans des maisons de repos?
  • Caroline Huens Astérie, les femmes sont des victimes avant tout. Cela n’empêche, bien évidemment, qu’elles ont une petite part de responsabilité … mais bien moindre que les hommes. Les garçons sont élevés pour ne désirer que des putains et n’aimer que des mamans…pour n’avoir aucune responsabilité d’adulte et tous les pouvoirs d’adulte. Ils désirent leurs compagnes tant qu’elles ne les obligent pas à être des hommes matures, tant qu’elles ne leur demandent pas à donner selon leurs moyens et à recevoir selon leurs besoins, tant qu’elles ne leur demandent pas d’élever avec elles les enfants (ceux qu’ils ont ou peuvent avoir ensemble et ceux qu’elles ont eu ou qu’ils ont eu avant … mais ceux qu’ils ont eu, eux, auparavant, là, cela ne pose pas trop de problèmes généralement ! ), tant qu’elles ne leur demandent pas de réduire leur train de vie et de penser « couple », « famille » et non plus « adolescent égoïste ». Beaucoup de mes amies et quasi la totalité des femmes de ma famille qui se croient féministes car elles furent/sont indépendantes financièrement … étaient/sont encore des dépendantes affectives de leurs amis/amants/compagnons/frères/pères/enfants. Elles élèvent leurs enfants en leur disant : « Faites ce que je dis… et pas ce que je fais… » … et cela n’a jamais marché et ne marchera jamais. Ce qui marche c’est : « Faites ce que je fais! » … et si ce que nous faisons c’est de nous faire baiser par « nos hommes » (dans le sens littéral et figuré) … ben, nos enfants reproduiront nos faits et gestes…pas nos beaux discours. Cela fait juste un an que j’élève enfin convenablement mes fils… parce que je fous des claques magistrales à mon partenaire sexuel et affectif (je ne peux encore l’appeler mon compagnon car il n’est pas encore capable de l’être … et je ne peux plus l’appeler mon amant au bout d’un an de relation exclusive, n’est-ce pas? ). Je suis indépendante financièrement…mais je suis au chômage et donc, pauvre. Si nous habitions ensemble … je ne pourrais plus être indépendante financièrement… je ne toucherais plus qu’un demi chômage et les allocations familiales que je touche ne seraient plus majorées. Il me pousserait sans doute à chercher un boulot, n’importe lequel et le plus rapidement possible… alors qu’aujourd’hui, je fais enfin ce que je veux de ma vie active, de mes talents, de mes capacités, de mes besoins de réalisation… je ne veux plus jamais me mettre au service des autres et être exploitée par quiconque. Je veux que mon travail soit à mon service à moi, à mes proches et au peuple. Il se sentirait donc pris au piège (la corde au cou ) ne pouvant plus se permettre d’avoir les mêmes loisirs et plaisirs… il devrait calculer AVEC moi de ce que NOUS FAISONS de SON FRIC et du MIEN pour le bien de tous et toutes (lui, moi, ses deux filles … et mes deux fils). Il est possible que sa maison… il n’arriverait plus à la payer, par exemple…. ou beaucoup plus difficilement… Donc, déjà, tant que mes enfants sont mineurs… il serait « immature » que nous habitions ensemble. Mais ce problème de finance … n’est pas résolu pour autant. Notre couple n’est pas équilibré. Il peut se permettre d’être « généreux », de « m’offrir » le resto, de « m’aider » quand je suis dans la merde… il ne partage pas équitablement, il ne donne pas selon ses moyens …mais il reçoit selon ses besoins… et ses désirs. Il a un confort matériel et PSYCHOLOGIQUE beaucoup plus important que moi. Il m’est arrivé deux fois dans ma vie d’être plus à l’aise financièrement que mes compagnons. Les deux fois, je payais la totalité du loyer, les charges, la majorité des courses et des loisirs communs… Ma soeur dont le compagnon a repris courageusement des études à plus de 40 balais paye tout puisque l’ONEM estime qu’il n’a repris des études que pour ne pas chercher de boulot… elle en a pour 3 ans, je crois, alors qu’elle a encore un fils à sa charge … et une pension alimentaire à payer pour le fils de son compagnon… Oblige-t-elle son compagnon d’accepter n’importe quel boulot? Non. Se comporte-t-elle comme une adulte? Oui. … je n’ai jamais rencontré un homme qui agissait de même avec moi. Un autre exemple que beaucoup de femmes connaissent dans leurs vies : La contraception. J’ai eu deux compagnons qui, tous deux, n’ont jamais voulu être père. Se sont-ils fait faire une vasectomie? Non. Je les ai connu dans la quarantaine pourtant. Mais, non, l’idée de se faire manipuler les couilles avec un scalpel… c’était vraiment les vouer à une « castration » symbolique … Mais si j’étais « tombée » enceinte… qui aurait dû aller se faire charcuter? Ou qui aurait été accusée « de leur avoir fait un enfant dans le dos » si j’avais décidé de le garder cet « enfant de l’amour »? Je connais deux femmes qui se sont fait ligaturer les trompes alors qu’elles voulaient encore être mères…mais pas leurs « hommes » … dont un de ces « hommes » est devenu père pour la troisième fois … avec une autre par la suite car il n’était pas qu’immature et égoïste sur le sujet de la contraception évidemment … :pTous mes « compagnons » sont devenus odieux au bout de 3 mois de relation dès que je leur demandais de se comporter avec moi et mes fils comme des adultes, dès que je leur demandais de s’engager, de ne plus me traiter comme une petite amie, mais comme une femme. Pour eux, l’engagement vis-à-vis d’une femme consistait essentiellement à ne pas la « tromper » … à lui assurer une exclusivité sexuelle et affective… c’est tout. Cela ne signifiait pas partager les devoirs d’adultes. Même le père de mes fils déclarait : « Je fais du baby-sitting ce week-end! » … quand je partais construire un décor en dehors de Bruxelles… Moi, je lui permettais de partir 10 jours aux sports d’hiver comme moniteur de ski car c’était pour lui un « besoin » … et, je dois dire, que, pour moi, cela me faisait aussi des vacances! :-(Mes fils, donc, m’ont vue accepter de me faire traiter comme une servante/pute/esclave/gamine/maman par plusieurs « hommes »… et être jetée comme un kleenex dès que je voulais « mettre les choses au point » avec eux… Ils me voyaient « tomber amoureuse », puis endurer, puis râler, puis pleurnicher, puis vociférer, puis redevenir adulte, sereine… et retomber amoureuse, endurer, etc. Aujourd’hui, dès que je commence à râler, je prends le téléphone et je râle avec celui qui est à l’origine de ma mauvaise humeur… dès que « l’homme de ma vie » se casse en me déclarant : « Je ne t’aime pas/je ne te désire pas/je me suis trompé/je préfère me soigner de mon côté… soigne-toi du tien/je ne suis pas à ta hauteur/tu es trop bien pour moi/je te rends ta « liberté »/etc. » je ne le laisse plus faire aussi facilement, je le mets face à ses responsabilités, à ses engagements, j’en parle publiquement sans plus cacher « nos secrets d’alcôves » … Punaise, là encore, la société patriarcale nous oblige à cacher, à taire, à ménager … les hommes. Dès qu’une femme se plaint en public, elle est considérée comme une hystérique, une misandre, une écorchée vive, une pauvre chose qui « tombe » toujours, comme c’est étrange, sur des trous-du-cul, des gamins de merde… c’est que, certainement, elle les cherche, hein, car sinon, elle finirait par rencontrer un  » bon, gentil, aimant, calin » Donc ton « Arrêtez donc de frèquenter ce genre d’hommes », pardonne-moi Astérie, mais, il me froisse. Crois-tu que je ne fréquente que des hommes qui sont visiblement des connards? Crois-tu que je suis attirée par des hommes qui roulent dans de grosses bagnoles avec des « chaînes en or qui brillent » à leurs cous? Crois-tu que je ne fréquente que des hommes imbus d’eux-mêmes et qui roulent des mécaniques? Le père de mes enfants, historien de l’art travaillant à mi-temps dans une asbl culturelle, jouant du violon folk, roulant en Lada, s’habillant de fringues « grunge », fiché par la police pour ses écrits anarchistes dans un journal estudiantin et adorant faire la cuisine… pouvais-je deviner qu’il allait devenir un mec obsédé par son ascension sociale, sa carrière, son loft, son Alpha Roméo, sa collection d’œuvres d’art contemporain, ses costumes Armani et sa « cave » d’œnologue? Non. C’est insidieux le patriarcat. Les hommes violents, cela ne se voit pas sur leurs fronts. Les hommes qui maltraitent leurs compagnes et leurs enfants… ce sont nos frères, nos pères, nos fils, nos amis, nos collègues, l’épicier du coin, le patron d’entreprise, le balayeur de rue, l’ouvrier d’usine, le chômeur de longue durée, le prof de math de nos enfants… pas des martiens qui débarquent de nulle part. Ces hommes ne finissent pas tous par battre leurs compagnes et/ou leurs enfants, ils ne finissent pas tous par violer leurs compagnes et/ou leurs enfants…mais la majorité d’entre eux… finissent tous par rester des gamins de merde, par maltraiter psychologiquement leurs compagnes et leurs enfants…. à ne jamais se responsabiliser, à ne jamais reconnaître leurs manquements…ou du bout des lèvres et en se déchargeant sur leurs compagnes ou ex-compagnes de la moitié de leur culpabilité à eux. Aujourd’hui, enfin, je ne suis plus « tombée » amoureuse d’un homme trop immature … mais immature, il l’est encore pour pas mal de choses… il n’est tout simplement plus « trop » immature… c’est-à-dire qu’il reconnaît que tout ce que je lui reproche… est vrai et juste. Et, aujourd’hui, ce n’est plus moi, ses filles, mes fils qui vont « se faire soigner » chez des psys à cause de ses comportements actuels à lui… c’est lui qui va se faire soigner pour ne plus avoir ce type de comportements qui rendent malade tout son entourage… sans le rendre heureux, sans qu’il soit lui-même libre et épanoui, sans qu’il ait la possibilité d’avoir la conscience tranquille, sans qu’il ait une bonne estime de lui-même, c’est-à-dire, ni trop haute…ni trop basse, c’est-à-dire une JUSTE estime de lui. Bon, ce fut long… mais c’est ma manière pour écrire mes articles sur mon blog!
    Impossible de publier ce commentaire. Veuillez réessayer
    Bien, cela, ce fut sur mon mur … maintenant, voici sur le mur de celui qui a partagé l’article …

    et 75% des femmes sont quoi?

    • 8 personnes aiment ça.
    • Eric Kawan Marie Borel: et à votre avis, 75% des femmes sont des …?
    • Marie Borel « salopes » , question de rééquilibrage !!
    • Caroline Huens … des dépendantes affectives et économiques de ces dits connards !
    • Caroline Huens C.F. https://books.google.be/books?id=WQqfYB7CJZwC&pg=PT45…

      Lorsqu’on entend «philosophie», on pense parfois à des livres incompréhensibles ou ennuyeux. Le nom…
      BOOKS.GOOGLE.BE
    • Marie Borel dépendantes affectives et économiques , de moins en moins , et de plus en plus libres et indépendantes !
    • Eric Kawan ..pas vraiment libres affectivement. des choix de célibat qui ressemblent souvent à des solitudes. bon mais là on devient sérieux, c’était pas le but
    • Marie Borel pas que Eric ! beaucoup de femmes sont indépendantes affectivement et matériellement de nos jours by luck !!
    • Françoise Mulkay Ben Heu … des connardes ???? ;o(
    • Caroline Huens Ha oui? Il n’y a plus de femmes qui se font tuer tous les deux jours et demi en France par leurs conjoints, il n’y a plus de viols, il n’y a plus d’incestes? La prostitution n’est pas en constante augmentation? La population la plus pauvre de nos pays ce n’est pas en majorité écrasante des femmes et des enfants? Le sexisme à tous les niveaux et le patriarcat, en particulier sont éradiqués, Les femmes ont le bonheur de pouvoir se bourrer la gueule, de s’habiller comme elles veulent et de circuler à n’importe quelle heure du jour et de la nuit, dans n’importe quel lieu sans avoir peur de se faire agresser? Les violences sexuelles ne sont plus commises par une majorité d’hommes sur une majorité de femmes … et mineures en sus? Les femmes sont à parité dans les conseils d’administration, dans les sénats et parlements, dans les postes de pouvoir et de décision? Les femmes ont aujourd’hui un salaire égal pour un travail égal? les femmes, aujourd’hui, s’occupent autant que les hommes des tâches domestiques, de l’éducation des enfants?Bah, on ne doit pas vivre dans le même quartier et le même milieu d’après moi!
    • Marie Borel Ce que vous dîtes ne doit pas occulter le fait que ce que j’ai dit est aussi vrai . Les deux cohabitent .. Je déteste ces discours militantistes et vindicatifs de féministes misogynes inversées ! c’est violent et si peu nuancé !
    • Etienne Chenal Juste des femmes ! C’est déjà assez comme ça !!!!!!!!!! Lol….
    • Caroline Huens « Je déteste ces discours militantistes et vindicatifs de féministes misogynes inversées  » … voulez-vous dire « misandres »? Je connais beaucoup de femmes de mon entourage qui se disent « libérées » parce qu’elles sont universitaires et divorcées … qui pensent partager équitablement les tâches ménagères avec leurs nouveaux compagnons… parce qu’elles ont de quoi payer des femmes … de ménage. j’en connais beaucoup qui se disent « libérées » sexuellement, alors qu’elles sont d’une jalousie maladive dès qu’une femme célibataire, plus jeune, plus jolie, plus sexy qu’elles « tourne autour » de leurs amis/amants/frères/pères/collègues masculins et sont complimentées par ceux-ci …. j’en ai entendu beaucoup de mes amies « indépendantes » les traiter de putes, de salopes, de blondes, de connasses, de vénales… dans le plus pur style patriarcal! J’en connais beaucoup, même des femmes qui se déclarent ouvertement féministes, se mettre en quatre pour leur « amoureux » et fermer les yeux et se boucher les oreilles et/ou rire avec les phallocrates quand l’un de ceux-ci faisait une blague sur les blondes… de peur de passer pour… une hystérique, une misandre, une militante agressive et virulente, une « mal-baisée »…. oui, de passer pour une vraie femme libérée sexuellement, affectivement et économiquement des hommes et se permettant de leur sortir leurs quatre vérités… ainsi qu’aux autres femmes toujours esclaves « consentantes » de cette société patriarcale.
    • Eric Kawan 75% sont bavardes
    • Caroline Huens Je suis extrêmement bavarde, c’est évident mais je ne suis absolument pas représentative de mon genre, ne vous en déplaise ! http://antisexisme.net/tag/bavardage/

    • Anne Delcroix Formidables 😈
    • Marie Borel « misandres » eh bien j’apprends un mot , merci Caroline et là je n’en dirai pas plus pour ne pas consolider la statistique d’Eric et parce que mon taff de femme indépendantequis’assumesansfemmedeménage me réclame … Ciao la compagnie !
    • Alexandre Everard de Harzir Merveilleux ! Un quart des hommes sont top ! Jolie nouvelle
    • Vanessa Coene amoureuses de connards.
    • Catherine Scholl et si on parlait des 25% restant ?
    • Xavier Caytan J’ai toujours aimé être dans les minorités…
    • Miguel Dekeyser seulement 75% je pensais plus ….
    • Marie Borel parlez moi des 25 % que je ne connais pas … faîtes moi rêver :))
    • Bambou Babou Bambou Merci à un ?????
    • Philippe Maurage Whaou. ..ça philosophie ici…
    • Nicole Deullin @eric « et 75% des femmes sont quoi? » ben elles pleurent devant les 25% qui restent…et s’adaptent tant bien que mal
    • Eric Kawan Lucky 25% qui pourraient être 3x plus comblés!
    • Danielle Vincken Septante-cinq % c est beaucoup non?
      Quid des hommes qui ont réalisé l enquête? Font t-il partie du lot?
    • Eric Destouches Peut-être que le pire des connards est celui qui s’ignore ?
    • Laila Abirkane Tout est relatif et puis sur quels critères se sont ils basés?
      J’y crois pas…
    • Nadine Godfrain beh on est toujours le connard de quelqu’un et donc ça fait déjà 50%..dans les deux sens , on aime le dire mais on n’aime pas se l’entendre dire …et pourtant
    • Scarlett Beaurain Heu, mais non, hein dis, je n’oserais !
      1 h · J’aime · 1
      Bon, alors, j’ai publié cet article-ci … et depuis, j’ai encore discuté et réfléchi à plein de nouveaux « trucs » sur le sujet et j’ai été « relancée » par de nouveaux commentaires … donc, voici à 17H32 ce vendredi 27 mars la suite… 😀  :
      • Caroline Huens Astérie, j’ai voulu répondre à ton commentaire : « Arrêtez donc de frèquenter ce genre d’hommes : il y en a de bons, de gentils, aimant, calins. Et en assez grand nombre pour laissez vos ‘connards’ à leur triste sort. Je vous jure que je vis dans le même royaume que vous! » mais, FB n’a pas voulu ! Donc, je l’ai publié sur mon blog…
        5 h · J’aime · 1
      • Caroline Huens Maintenant, je vais aller lire l’article que tu as partagé… je suis certaine qu’il va me plaire (ou, en tous cas, que je le trouverai fort intéressant! ) !
      • Caroline Huens Victor, oui, je suis d’accord à 1.000.000.000 % avec toi à ce sujet et je te dédicace ces deux chansons ! https://www.youtube.com/watch?v=6lVhNSnXUeg

        Ayant avecques lui toujours fait bon ménage J’eusse aimé célébrer sans être inconvenant Tendre corps féminin ton…
        YOUTUBE.COM
      • Caroline Huens https://www.youtube.com/watch?v=z9h4dUlgPxk

        Ah le Con Si je me réfère A mon dictionnaire Il est temps de faire La définition De ce mot espiègle Qui échappe à…
        YOUTUBE.COM
      • Caroline Huens Bien oui, Astérie, c’est évidemment cette société du « care »… celle que j’appelle, moi, une société anarchiste, à laquelle j’aspire… mais, aujourd’hui, je ne crois pas une seconde que nous pourrons l’atteindre avec un système politique absolument anti-démocratique et sans révolution, soulèvement, révolte… et répression de la part des moins de 1% de la planète… sans la répression des patriarches … et sans que la majorité de la population de chaque pays n’ait déjà fait la révolution en micro. Les hommes sont plus solidaires avec les autres hommes qu’avec leurs compagnes et leurs enfants. Les femmes sont plus solidaires avec leurs compagnons et leurs patron(ne)s qu’avec leurs amies, soeurs, collègues, mères, enfants … Tant que tous et toutes nous ne serons pas dans la plus grande des pauvretés, sans toit, sans bouffe, sans assurances vie, assurances habitations, assurances auto, assurances tout, pensions, etc. Ben, je ne crois pas que nous exigerons de donner selon nos moyens et de recevoir selon nos besoins… mais bien que nous continuerons de recevoir selon nos moyens et de donner selon nos envies… pour ceux (et peu de celles dans ce « ceux » fichue langue française patriarcale! ) qui ont des restes de moyens après avoir donné pour assurer leurs besoins (et leurs maigres devoirs qu’on les oblige à assumer ! Impôts et cotisations sociales, pensions alimentaires… ) . Bref, je n’en connais que trèèèèèèès peu qui sont prêt(e)s à réduire leurs trains de vie, à partager équitablement les tâches domestiques entre eux/elles plutôt que de payer … des femmes de ménage pour … éviter les conflits dans leurs couples, qui sont prêt(e)s à réduire leurs temps de travail (et leurs revenus donc! ) pour s’occuper de leurs enfants, parents, etc. Car, non, je ne crois pas que mes concitoyen(ne)s seront jamais d’accord pour payer des personnes qui effectuent des tâches « care » au même salaire que celles qui effectuent des tâches plus « intellectuelles » et qui demandent d’avoir obtenu des diplômes plus « prestigieux ». Crois-tu vraiment que dans cette saloperie de société marchande, un professeur d’unif acceptera qu’une puéricultrice gagne autant que lui … pour le même nombre d’heures de travail? … et, tout autre système, pour moi, n’est pas viable… tout autre système salarial continuerait de creuser le fossé entre les riches et les pauvres et exempterait les « dominant(e)s » de leurs devoirs de soin envers les « dominé(e)s ». De plus, confier les soins que chacun(e) doit donner à ses proches dépendants en les « confiant » à des professionnel(le)s du « care » … pour aller bien produire, bosser comme des bêtes, consommer comme des abruti(e)s… pffff…. ben, désolée, cela n’est pas, pour moi, une société équilibrée et équitable et pleine de bon sens. « Tous ces services publics sont nécessaires pour le plein emploi des femmes … » Le plein emploi! Ouais, je ne cherche pas à être « pleinement employée », exploitée, c’est bon là ! Ce n’est pas partager équitablement nos devoirs et nos responsabilités que de les confier à des « professionnel(le)s » que l’on paierait toujours moins que nous-mêmes pour un travail que nous jugerions comme plus facile, moins important et moins nécessaire que le nôtre. Je me souviens que mon oncle professeur dans le secondaire inférieur râlait car ma mère, prof aussi, mais dans le secondaire supérieur gagnait beaucoup mieux sa vie que lui. La réponse imparable de ma mère était : « Tu n’avais qu’à faire des études universitaires ! » … j’ai fini par comprendre combien sa réplique était injuste aujourd’hui. Oui, ceux et celles qui ne sont pas capables de faire des études universitaires… devraient-ils/elles travailler plus pour gagner… peut-être même pas plus que ceux/celles capables d’en faire? Je trouve cela inique. De plus, les enfants et les personnes âgées, les personnes porteuses d’handicap, les personnes malades… de qui préfèrent-elles recevoir des soins? De professionnel(le)s? Qui seront dans notre saloperie de société patriarcale ces professionnel(le)s du « care »? … ne jouons pas les hypocrites hein, ce seront principalement les femmes et les « étrangères », les filles des ouvriers, les filles des plus pauvres…. cela ne transformerait absolument pas notre société de fond en comble, certes pas!
        3 h · J’aime · 1
      • Veronique Marenge · 4 amis en commun

        Yen a un qui vient de me monter un bidon de trente litres, sans que je lui demande rien. Sympa ! c’est le quart restant, donc
      • Caroline Huens Mais c’est, cependant, un très bon article et une très bonne piste pour débattre hein ! Tout comme les réflexions et articles qui parlent du revenu universel… qui, à mon avis, lui aussi, ne donne pas une réponse efficace à nos « problèmes » de société. Beaucoup de mes ami(e)s en font la panacée universelle au capitalisme… ce n’est, d’après moi, qu’un emplâtre sur une jambe de bois. Je ne crois pas/plus à une société de « transition ». Tous les systèmes de domination issus du patriarcat sont à combattre… en démolissant le patriarcat à sa racine, c’est-à-dire, en nous-même, dans nos relations intimes … donc, en micro, et non en macro. Si nous ne parvenons pas à être solidaires dans notre couple, si au sein même de notre famille et de nos relations amicales nous ne parvenons pas à nous conduire avec équité, nous ne parvenons pas à nous supporter, à être respectueux/euses, empathiques, si nous passons notre temps à nous jalouser les un(e)s les autres, à nous comparer, à nous « donner de bons conseils … patriarcaux » car nous nous jugeons « plus » intelligent(e)s, matures, compétant(e)s que les autres…. pffff… que nous n’osons pas critiquer et étaler au grand jour les manquements de ceux/celles dont nous dépendons affectivement ou financièrement (la plupart du temps ce sont les personnes qui gagnent mieux leurs vies que nous et/ou qui sont plus agé(e)s que nous et/ou … des hommes … ceux-là, les femmes en parlent abondamment et les éreintent… en privé, mais certainement pas en public pour ne pas les humilier, hein, les pôôôôvres! ) … donc tant que nous serons incapables en micro de nous comporter comme des adultes responsables… je ne crois pas que nous y arriverons dans le macro! Malgré toutes nos bonnes volontés … l’enfer des pauvres et des femmes et des enfants et des « racisés » en sont pavés de ces « bonnes intentions » des patriarches… les hommes ET les femmes blanc(he)s qui sont quasi certain(e)s d’avoir un toit sur leurs têtes et de la bouffe dans leurs assiettes et des soins médicaux jusqu’à la fin de leurs beaux ou sales jours. Moi, malgré que je sois une femme blanche qui a fait des études supérieures… je ne suis absolument pas sûre d’avoir toujours un toit sur ma tête et de la bouffe dans mon assiette et des soins médicaux jusqu’à la fin de mes jours… cela m’a permis de descendre un peu de mon piédestal et d’avoir un peu d’humilité … et d’arrêter d’aller donner de « bons conseils » à ceux/celles qui ne m’en demandaient pas en échange de mon « aide », en échange de mon « rachat de mauvaise conscience » … et de critiquer, enfin, ceux et celles dont je dépendait affectivement et/ou financièrement… Et, cette fois, ma conscience est enfin apaisée. Et, cette fois, j’ai enfin le sentiment que je suis à ma place, que j’use de mes talents et capacités comme je dois en user. … non plus pour « mériter » de vivre … mais pour exiger de vivre et, non plus, de survivre… Non plus pour « jouer un rôle »… mais en étant moi-même. Non plus pour répondre aux caprices des autres…mais bien de répondre à mes besoins fondamentaux ainsi qu’à ceux de mes proches. Il m’a fallut toucher le fond de la piscine à plusieurs reprises pour, enfin, reprendre mes sens et me faire confiance … ainsi qu’à mes fils, qu’à mon compagnon, qu’à mes ami(e)s … beaucoup ne le sont plus depuis d’ailleurs, car ils/elles n’étaient pas prêt(e)s à me supporter maintenant que je ne joue plus aucun rôle que la société voulait me faire jouer… la fille, la putain, la maman, la malade mentale, l’esclave, l’hystérique de service, l’actrice, la serveuse, la chômeuse, la technicienne de surface, l’intello, la manuelle, l’artiste,la compagne (alors que je n’étais que la petite amie, je le répète), la gauchiste, la « folle du Roi », la feignasse, etc … toutes ces petites cases, toutes ces étiquettes qui nous permettent … de ne pas être en dissonance cognitive et de ne pas nous remettre en question… et de changer de paradigme de société…
        2 h · J’aime · 1
      • Caroline Huens … ou qu’il a des intentions cachées Veronique … Oui, je suis devenue un chouïa parano évidemment !
        2 h · J’aime · 1
      • Veronique Marenge · 4 amis en commun

        Le soleil met de bonne humeur, je suppose… En général, je ne redoute pas les bonhommes, mais les pervers. Ce n’est pas pareil !
      • Caroline Huens Ben, tous les hommes et toutes les femmes que je connais … se comportent tous et toutes à divers moments comme des PN ! Moi-même, je me suis comportée comme une PN à maintes reprises dans ma vie. Je crois que je ne le fais plus aujourd’hui… mais c’est très récent… cela s’est fait progressivement à partir de mon 43 ème anniversaire… et j’en récolte seulement les bénéfices (presque entiers) à l’aube de mon 46 ème anniversaire! Il était temps, non?
      • Caroline Huens J’espère que mes fils n’auront pas trop subi mes moments PN … et que cela suffira que je me conduise enfin comme une adulte pour réparer mes torts… et réparer les torts que leur père, un super PN de la mort qui tue, continue de leur faire subir… pour qu’ils n’aient pas à aller chez un psy plus tard… ou pire, évidemment, qu’ils fassent subir aux autres ce qu’ils ont dû subir eux-mêmes…
      • Veronique Marenge · 4 amis en commun

        D’accord avec toi. Mais quand je parle de PN, je fais référence aux authentiques, bien dégueu. Des petits nazis en somme… Les connards sont souvent soutenus par des connasses. Il leur est difficile, sinon, de parvenir à leurs fins…. Donc, je pense qu’il y a tout de même une forme d’équité non retenue. Tout le reste évolue lentement et difficilement. C’est sûr ! mais je constate avoir plus souvent des batons dans les roues de la part des femmes. Quand aux bonhommes qui m’emmerdent, leurs légitimes sont au foyer… Sans doute une projection qu’ils souhaiteraient émettre à mon sujet ! Je te laisse, ma soeur rapplique. A+
      • Caroline Huens Agathe, par contre, comment peux-tu prétendre que :  » Sans généraliser beaucoup d hommes ne sont pas connards qu on se le dise… Par ex nos pères!! » …ben, désolée de te l’apprendre, mais, mon père fut un connard et, encore plus, mes deux beaux-pères qui l’ont suivi dans les bras de ma mère… Mon père était un grand intellectuel, drôle, charmant, pas du tout une brute épaisse…mais avec un tel passé, une telle éducation de merde et vivant dans une telle société de merde qu’il n’a jamais pu être un compagnon sur lequel ma mère pouvait compter … ni nous, les enfants qu’il avait pu désirer pourtant… Il s’est lentement « suicidé » à l’alcool et au tabac, ma mère l’a quitté quand j’avais 2 ans et il n’a jamais réussi à atteindre le tribunal (trop bourré ) pour qu’elle puisse divorcer à l’amiable. la garde principale lui a été confié à elle… et, si elle l’avait voulu, notre père si « exemplaire », n’aurait même jamais eu de droit de visite; il n’a jamais payé un centime de la maigre pension alimentaire que le juge lui avait assignée pour notre « entretient »… Mes deux beaux-pères n’étaient pas alcooliques … mais ils se comportaient vis-à-vis d’elle… et de nous, comme de parfaits crétins, salauds, égoïstes … alors qu’ils ne lui arrivaient pas à la cheville… Donc, non, pour moi, ce n’est pas généraliser que de dire que cette société produit et reproduit… le patriarcat… quel que soit le niveau d’indépendance financière et de Q.I. et de culture ou d’érudition des femmes … Ma mère se prétendait féministe, ma grand-mère et mon arrière-grand-mère aussi… et, oui, effectivement elles le furent « plus » que beaucoup d’autres femmes de leurs générations… mais, elles ne le furent pas vraiment en réalité… et surtout vis-à-vis de leurs enfants… et vis-à-vis d’elles-mêmes… donc, dans l’intimité. Ma mère n’a réellement eu que deux « éclats » féministes durant toute mon enfance. Une fois elle s’est foutue à poil et a plongé dans la piscine d’un camping sous le regard médusé de mon beau-père et du maître-nageur qui, tous les deux couraient comme des coqs affolés le long de la piscine en lui demandant de se rhabiller comme « une femme convenable »… l’autre fois, elle fit un « aller-retour » de plusieurs kilomètres à pied pour foutre deux claques et un coup de pied au cul du même beau-père qui avait la main sur le cul d’une jeune serveuse (et en notre présence à nous, les enfants de sa chère compagne ) d’un petit café de village du sud de la France … je ne vais pas expliquer tous les tenants et aboutissants de ces deux scènes mémorables de mon enfance…mais, je vous assure à tous et toutes, que ces « petites vexations » publiques, mon beau-père les avait plus qu’amplement méritées… malheureusement, ma mère a toujours fini par lui pardonner et se « rabibocher » avec lui … jusqu’au jour où (mais nous n’étions plus des enfants à cette époque-là ) … il a vraiment dépassé les limites du supportable pour elle… et elle a fini par en rencontrer un « nouveau »… pour que le cycle recommence de plus belle avec celui-là… Aujourd’hui, elle est heureuse d’être … ménopausée/vieille/sans plus trop de libido/sans plus trop de besoins affectifs/financiers/de partage de tâches/de compagnie … d’un homme quoi, en bref et elle « n’attend » donc plus rien des hommes… qu’elle considère, d’après moi, comme des êtres immatures/agressifs/violents/égoïstes… « naturels », « innés » … elle est donc misandre, n’est-ce pas? Moi… je ne le suis plus… car je le fus… tant que je n’étais pas sortie de mes peurs de ne pas être aimée si je disais tout haut…. ce que je pensais tout bas… ou que je ne le disais qu’à mes copines et à mes fils… et à mes « compagnons » que quand ils me quittaient ou que je les quittais (et encore, peu d’entre eux le savent vraiment, ils m’ont toujours empêchée de vider mon sac jusqu’au bout… et je n’ai pas osé le faire non plus … publiquement, en tous cas!)
      • Caroline Huens Un super article sur le sujet de la dépendance affective et sexuelle à mon avis : http://unbruitdegrelot.herbesfolles.org/?cat=14

        On parle beaucoup, dans le TransPédéGouineFéministe-World anarchisant, de relations affectives… On développe des outils rudimentaires pour relationner de certaines manières “autres” que le Couple-Famille-Labrador : non-exclusivité, polyamour, collectifs, etc. Soit. Ce n’est pas forcément une mauvais…
        UNBRUITDEGRELOT.HERBESFOLLES.ORG
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s