Ma nième demande d’union libre…

  • 29 octobre
  • Yves Hamaide
    29/10/2015 20:36

    Yves Hamaide

    Bon, la suite du « programme », tu la vois comment? Ta ballade à la campagne, tu l’espères quand?

  • Caroline Huens
    29/10/2015 20:36

  • Yves Hamaide
    29/10/2015 20:36

    Yves Hamaide

    Demain j’ai congé mais je vais en profiter pour rejointoyer le deuxième mur de ma terrasse….

  • Caroline Huens
    29/10/2015 20:36

    Caroline Huens

    …. euh …. quand tu seras serein… 🙂

  • Yves Hamaide
    29/10/2015 20:37

    Yves Hamaide

    Vincent aimerait récupérer ses traiteaux samedi….

    Et samedi après-midi, j’aimerais regarder la finale de la coupe du monde de rugby….

  • Caroline Huens
    29/10/2015 20:37

    Caroline Huens

    O my god! 😀

  • Yves Hamaide
    29/10/2015 20:39

    Yves Hamaide

    Mais je pense pourvoir être serein dès samedi soir hein…. A toi de « voir » aussi en fonction de toi…. Normalement, je le serai encore dimanche matin…

    Et la météo devrait être bonne dimanche et même peut-être permettre la ballade en vélo ….

  • Caroline Huens
    29/10/2015 20:40

    Caroline Huens

    Téléphone moi s-t-p  🙂

    L'Idée_libre_avril_1926

    ( Là, j’enrage, car cela fait une bonne semaine que mon « éternel fiancé » je ne l’ai pas vu, car il s’occupe de ses deux filles à Ecaussinnes et de son travail à Bruxelles, pendant que je glande dans ma cave Bruxelloise avec de temps à autres l’un de mes fils qui vient me dire « Quand est-ce -qu’on mange? » ou avec Joey pour qu’il mette le son de la télé un peu moins fort… bref… ma vie quoi…)

  • Yves Hamaide
    29/10/2015 20:40

    Yves Hamaide

    Je cherche mon G…. Le fixe est foutu…

  • 30 octobre
  • Caroline Huens
    30/10/2015 00:36

    Caroline Huens

    Bon, et mon point « G » à moi tu crois que tu l’as trouvé?

    Où tu le cherches en stressant comme une bête avant d’avoir mon poing dans la gueule pour indiquer où sont mes points sur les « i » dans mon règlement de tranquillité intérieure?

    Ce n’est pas tant ton manque d’égard et d’empathie pour moi qui me désole et m’affole totalement…

    C’est ton non désir de me voir et ton non désir de me prendre tendrement et amoureusement dans tes bras…

    …je me dis, évidemment, que tu ne fais que profiter de mon cul, que tu es impressionné par mes talents, que tu m’envies pour ma liberté et mon courage, pour ma fantaisie et que tu t’amuses du spectacle tout en t’inquiétant de ma prochaine « sortie » qui va te stresser à mort et t’obliger à faire des efforts qui te paraissent inhumains sur toi-même pour me « mériter »…. alors que tout ce que je suis capable de faire cela te paraît m’être naturel et si facile.

    Tu vas faire ces efforts parce que je te les demande et que tu sais que je les mérite et que tu es un « gentil garçon obéissant qui veut plaire à maman et ne plus faire de bêtises et être malhonnête »….

    … pas parce que cela te plait, pas par désir, pas de façon spontanée…

    … c’est pourquoi tu ne fais rien de spontané, de fougueux, de passionné, de fantaisiste … pour moi.

    Mais que tu en es capable pour toi et « ta famille », « ton milieu »….

    … tu profites donc, de mon exemple pour être un homme exceptionnel dans ton milieu….

    …mais un « suiveur, un inquiet, un petit gamin qui a peur de mal faire » dans le mien… et particulièrement avec moi.

    Je crois que je suis aussi à l’aise dans « ta famille » que dans la mienne….

    Je ne change plus, je ne m’adapte plus aux autres, je ne me sur-adapte plus surtout, je suis franche et spontanée…

    Moi-même donc, dans tous les milieux car je n’avance plus masquée…. c’est pourquoi, les gros bourges… je ne peux plus les sacquer….et que je ne peux plus aller à leurs fêtes ni avoir un.e seul.e pote dans leurs rangs.

    Je ne peux plus rire de tout avec n’importe qui en fermant les yeux et en supportant encore une seconde de plus qu’ellils sont des ordures.

    Toi, oui, mais moi, non.

    Et c’est pourquoi tu es si peu capable d’être totalement à l’aise avec moi, tu ne connais pas bien « les règlements d’ordre intérieur »…. qui est :

    Sois-toi-même mais aime-toi et aime-moi.

    Surtout amuse-toi et sois à l’aise avec moi et aime-moi, désire-moi, aie de l’appétit de moi, de la soif de moi, pense à moi, oublie-toi, oublie tout vis comme un héro avec moi qui est heureux de m’aimer

    …pas comme un fonctionnaire qui calcule tout, qui vérifie que tout soit bien juste, qu’il n’a pas fait d’erreurs, qu’il a tout pris en compte et bien géré… ses comptes d’apothicaires…

    Si je dois marcher continuellement sur des œufs pour ne pas te brusquer, si je me contraints à penser à toi comme à un petit garçon malade et un fonctionnaire pas très excitant…. ma propre liberté, mon autonomie psychique, mon potentiel créatif, mon propre désir, ma propre libido … vont foutre le camp à toute vitesse…. car je ne pourrais pas être moi-même et que tu me contraindra à « travailler »…plutôt qu’à vivre ma vie.

    Mon salaire, c’est la passion, mon salaire, c’est la libido, mon salaire, c’est l’amour, mon salaire, c’est l’émulation, mon salaire, c’est la fidélité, la loyauté, la vérité, être soi-même, se débarrasser de tout ce qui nous oppresse et nous empêche de vivre, c’est mon île moins déserte, c’est mon Graal, c’est la plénitude sans plus de contrôle de personne, de censeurs, de maîtres et d’esclaves, de jalousie, de querelle, d’ingérence dans ma vie et ne rien sacrifier pour personne sauf quand l’un de mon clan est en danger mortel.

    Je ne peux plus accepter que tu ne m’aimes pas et que je sois ton instructeur ou ta maîtresse d’école ou ta maîtresse que tu caches honteusement parce que tu « trompes ta femme » …ou que tu « baise la femme qui APPARTIENT à ton pote ou ton patron », ta maman bienveillante, ton médecin, ton artiste personnelle…

    … ou que tu « n’aimes pas tout ce que je fais ». TU AIMES TOUT CE QUE JE FAIS, POINT A LA LIGNE!

    Tu n’es ni mon public, ni mon jury d’examen, ni le metteur-en-scène qui me fait passer une audition et qui hésite avec une autre actrice, tu ne me juges pas, tu ne m’évalues pas, tu ne me soupèses pas, tu ne m’achètes pas, tu ne me prends pas, tu m’aimes telle que je suis et non pas pour ce que je sais faire … ou pas faire, car là, c’est pire.

    Les dénigrements, les vexations, les efforts non-consenti avec franchise, les « mauvais vouloirs », les crispations…. je ne peux plus les supporter je n’ai connu QUE cela toute ma vie.

    Je ne fais chier personne quand personne ne me fais chier et je n’ai d’envie de vivre QUE SI L’ON M’AIME, d’autant plus si c’est en privé!!!!

    Je ne peux plus vivre quoi que ce soit de sympa si je ne suis pas sûre et certaine que c’est GRATUIT et DÉSIRÉ par les rares personnes qui sont aussi « subtil.es » que moi … si tu n’es pas à l’aise avec moi, si me voir ne te fais pas plaisir mais que c’est un « travail » pour être « acceptable » devant ton miroir, c’est que tu n’es pas SUBTIL DU TOUT et certainement pas amoureux.

    Ma condition c’est que tu aies ENVIE tous les jours de te faire chier avec moi, ou de t’amuser avec moi, ou de jouir avec moi ou de te prendre la tête avec moi ou de construire avec moi.

    Mais il est hors de question que je sois une petite case dans ton planning du jour, ou pire, dans ton agenda de la semaine ou du mois.

    Je ne dois pas t’obséder mais presque… comme quand on tombe amoureux et que l’on est sur son petit nuage!

    Pas comme quand on a des obligations morales envers sa bobonne et qu’on lui offre un bouquet de fleurs à la Saint Valentin.

    Un peu d’imagination que diable, un peu de folie, un peu d’émulation, un peu d’inspiration, un peu de respiration, d’amusement, de joie, de fantaisie, de légèreté, de connivence, de gaffes et de blagues pourries, d’accolade, de boum, de zig, de zou, de chabadabada….

    … pour que je ne sois pas en état de siège permanent, d’hypervigilance, de conscience acérée sur les moindres petits détails qui clochent… que je puisse faire entièrement confiance à un adulte dans mon plus proche entourage sans devoir m’occuper de ses fesses d’une manière ou d’une autre selon son rythme, sa façon de faire, son raisonnement séquentiel routinier alors que je sais très bien qu’il est capable d’être lui-même dans un raisonnement en arborescence comme moi si LUI est à l’aise… si LUI me fait confiance si LUI n’a pas de petits soucis. Tu as des soucis, tu m’en parles directement sans tourner autour du pot mais SANS JUGEMENT AUCUN sans A-PRIORI AUCUN, sans THÉORIES FUMEUSES ânonnées comme un homme bien élevé dans une société patriarcale qui n’a osé voir un psy que lorsqu’il était au bord du suicide.

    Les relations humaines c’est mon domaine d’expertise, la sortie du cadre aussi.

    C’est difficile, je sais, mais je ne veux plus être ton professeur, je veux être ta muse, ton idéal, ta cause, ton clan, ton plaisir, ton inspiration, ta respiration, ton inquiétude, ta préoccupation première, ton orgasme, ta branlette intellectuelle, ton île déserte, ta raison de vivre, ta maison à construire, ton « pas toujours recommencer », ta rage, ta fureur, ta vie, toi-même.

    Je ne veux plus que tu sois mon élève le « plus méritant » pour le monde…mais l’homme de ma vie et de mes rêves, mon héro ordinaire pour moi, l’héroïne ordinaire dans ce monde trop brutal, terne et désespérant ou les disputes de familles doivent sortir au grand jour sur la place publique se donner en spectacle pour « frapper » les consciences endormies et intoxiquées.

    Avant il suffisait de faire des spectacles en carton pâte pour que tout le monde comprenne, maintenant, il faut vivre sa vie sur la grand-place pour toucher les gens.

    On parle des pipes de Bill, des pédophilies de Johnny, des viols en série de DSK, maintenant « on sait » que les juifs furent gazés dans les camps de la mort…

    … bref, les scandales ne touchent que les proches…pas celleux qui n’en n’ont rien à foutre de rien…. c’est-à-dire tout le monde ou presque.

    Je suis pour le presque.

    Pas pour le tout le monde.

    Et cela a un prix si élevé … que la tiédeur n’est pas suffisante pour le sacrifice.

    Je ne veux pas que tu m’aimes bien ou convenablement, mais fort et de façon brûlante et désespérée et absolue…. ce qui m’apportera confiance en toi, en moi et … sérénité pour les deux…  🙂 ❤

  • Caroline Huens
    30/10/2015 02:13

    Caroline Huens

    Mon contrat de mariage c’est ça (tu peux avoir la traduction. Ca c’est un engagement public, mais comme le privé est politique, c’est le même dans les couples… et dans les familles…. et dans les clans anarchistes.https://www.facebook.com/Virtualanarchisticlibrary/posts/961035130605424?notif_t=notify_me_page

    #YoTambienSoyAnarquista: Dicen de los anarquistas que son terroristas, que ponen bombas, que queman el mobiliario de las plazas públicas, que atentan contra los bancos, las multinacionales y los organismos responsables de la deforestación, el calentamiento global y los abusos gubernamentales, en cambio, nosotros jamás hemos conocido a un solo anarquista violento, jamás hemos conocido a un anarquista que no esté dispuesto a luchar por los derechos de los refugiados, que abandone a un amigo en apuros, que no se esfuerce al máximo para cambiar los hábitos perjudiciales para la naturaleza y para los animales que la habitan, inclusive los humanos. Jamás hemos conocido a un anarquista que no cuestione su propia vida y su forma de actuar ante las injusticias para poder exigir en un futuro, alejado de la hipocresía, cambios reales y sustanciales. El potencial del anarquismo radica, entre otras cosas, en la subversión del orden establecido, el anarquismo es capaz de combatir la desidia de la sociedad, colapsando y entorpeciendo el libre transcurso de la rutina asfixiante e inerte que teletranspsorta a los transeúntes a un mundo apático e insustancial. Los medios de comunicación los acusan de odiar la democracia y el Estado, mienten a medias, los anarquistas aman la democracia y odian al Estado. Los anarquistas no delegan en nadie más que ellos mismos para tomar decisiones vitales que inevitablemente condicionarán su futuro. El empoderamiento personal y la lucha por la libertad es un pilar elemental para cualquier anarquista. Por ese motivo son constantes las discusiones internas, los debates, las asambleas, las fragmentaciones, las alianzas y las disputas. El anarquismo no tiene estructuras políticas jerarquizadas ni dependientes de ningún organismo que represente la autoridad moral o política impuesta a base de doctrinas del shock, leyes restrictivas o operaciones represivas contra centros donde se imparten clases magistrales sobre valores tan básicos como la solidaridad, la cooperación y la ayuda mutua. El anarquismo derriba muros para construir puentes. El anarquismo no cree en las fronteras, en el capitalismo ni en el especismo. El anarquismo es muy autocritico, en ocasiones, demasiado. A veces incluso nos peleamos con nosotros mismos por no actuar escrupulosamente en pro de nuestras creencias, tenemos eternos debates públicos y personales para encontrar el camino hacia la libertad. Somos extremadamente libres, tan libres como queramos ser. Somos radicales, ya que radic significa « raíz », llegamos a la raíz de nuestros problemas. El anarquismo enseña autogestión, auto-organización, defiende la libertad y el respeto a la comunidad, difunde valores importantes como la educación libertaria, promueve estudios para cuidar el planeta, dispone de bibliotecas, realiza estudios y publicaciones que abren los ojos y el corazón de muchas personas, no se vende, no se hipoteca, lo da todo y no pide nada a cambio, con el anarquismo no sirven los sobornos… y a los poderes establecidos no le gustan estos ejemplos, porque no pueden doblegarlos. Si permitimos que las multinacionales, las instituciones capitalistas y los Estados sigan destruyendo el mundo natural, seremos cómplices de la destrucción de nuestras propias vidas, ya que si destruimos nuestro hábitat, nos destruimos nosotros mismos. La organización subversiva, el sabotaje y la acción directa son elementos necesarios para subvertir el orden establecido. Un orden perverso, sádico y cruel, dominado por la oligarquía, la mafia ultraneoliberal y los « Marks zugerbergs ». La economía capitalista alentada por grupos ansiosos por el enriquecimiento neoliberal, repentino y extremo, busca establecer el sentimiento generalizado de que la economía debería estar basada en la lógica de crecer o morir. Si seguimos creciendo de esta forma depravada y genocida acabaremos por intoxicar todos los ríos con productos creados exclusivamente por humanos, pronto el calentamiento global será una realidad irreversible. Los anarquistas no son hipócritas ni cínicos, los anarquistas primero cambian ellos mismos, para después poder cambiar su entorno, a través de valores tan elementales como la solidaridad, la cooperación y la ayuda mutua. Somos libres, somos salvajes, y proclamamos abiertamente que todos los pueblos tienen la obligación de recuperar la rabia de quién toma el poder de la acción justa, y luchar por la libertad, la justicia y la paz, con todos los medios a su alcance. No tenemos tiempo, los refugiados se ahogan en oscuros océanos, los ríos se secan, nuestros bosques desaparecen, los mares se tambalean entre tsunamis y polución. ¡Unidxs contra el miedo! La solidaridad anarquista es más que una palabra escrita. [Texto RRY-Revolución Real Ya 2014] Más info: https://freecollective.wordpress.com/2015/10/29/%e2%80%aa%e2%80%8eyotambiensoyanarquista%e2%80%ac-dicen-de-los-anarquistas-q-son-terroristas-y-q-ponen-bombas/
    Revolución Real Ya
  • Caroline Huens
    30/10/2015 02:14

    Caroline Huens

    « L’anarchisme est très autocritico, dans certains cas, trop. Parfois même, nous nous battons-nous avec nous-mêmes pour ne pas agir scrupuleusement en faveur de nos croyances, nous avons éternels débats publics et personnels pour trouver le chemin vers la liberté. Nous sommes extrêmement libres, aussi libre que nous voulons être. Nous sommes des radicaux, car radic signifie « Racine », Nous sommes arrivés à la racine de nos problèmes.

    L’Anarchisme enseigne l’autogestion, l’auto-Organisation, défend la liberté et le respect de la communauté, diffuse des valeurs importantes comme l’éducation libertaire, favorise les études pour prendre soin de la planète, dispose de bibliothèques, réalise des études et publications qui ouvrent les yeux et le cœur de De nombreuses personnes, ne se vend pas, il n’est pas prêt hypothécaire, je donne tout et ne demande rien en échange, avec l’anarchisme ne servent pas les pots-de-vin… Et les pouvoirs établis n’aime pas ces exemples, parce qu’ils ne peuvent pas pour les soumettre. »

  • Caroline Huens
    30/10/2015 02:18

    Caroline Huens

    « Mon contrat de mariage est déjà signé depuis longtemps et je ne le savais même pas …. mon inconscient ne m’avait pas demandé l’autorisation et il était encore mineur à l’époque!  »

  • Caroline Huens
    30/10/2015 02:24

    Caroline Huens

    La réalité n’est qu’un point de vue a ajouté une photo.
    La réalité n’est qu’un point de vue
  • 30 octobre
  • Yves Hamaide
    30/10/2015 07:00

    Yves Hamaide

    Waouw……

    De loin, le plus beau, le plus fort, le plus puissant et le plus abouti de tes « textes »….. Quelle ode à la vie….

    Et quelle déclaration d’amour …..

    ❤ ❤ ❤

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s