Scénographies-Installations-Vitrines

2010 « Des têtes pour le Roi Ferdinand »

555393_474379419293535_1210786455_n 431448_474379289293548_2104808079_n

 

2003 « William Pig, le cochon qui avait lu Shakespeare »de C.Blondel par le Théâtre du Défi de Namur dans une mise-en-scène de B.Antoine. Prix du public, prix Phébus

La sublimation de l’ordure ou comment une décharge publique se transforme en salon présidentiel.

 

Une fable, une métaphore sur le pouvoir, sur notre société malade de sa consommation… voici le parcours accidenté que nous propose Christine Blondel en nous faisant suivre les pas de William Pig, cochon devenu homme. Ce cochon qui après avoir ingurgité «tout-Shakespeare-relié-pleine-peau» devient plus humain que les humains, nous lance à la figure, dans une apparente naïveté, nos travers, nos vices, nos incompétences, nos croyances imbéciles…
Dans son ascension sociale, William Pig perd progressivement son «humanité candide» en même temps qu’il révèlera la bestialité du comportement humain.

La décharge publique et ses SDF. Théâtre du Défi de Namur.

Le trône du premier ministre.

Le trône du premier ministre.

La réception de Lady Beth.

La réception de Lady Beth.

 2002 « Jascha »ou »Le pique-nique de Lulu Kreutz »de Y Reza par le Théâtre du Défi de Namur dans une mise-en-scène de B.Antoine. Trophée Royal, Médaille d’or de la FNCD La montagne-violoncelle…

Pique-nique dans la montagne-violon

Pique-nique dans la montagne-violon


Violoncelliste mondialement connu, Jascha Steg, est à un moment de sa vie où la gloire paraît amère et a perdu tout pouvoir consolateur. Au cours d’une tournée internationale, il donne un concert à Evian Ses parents et son oncle profitent de cette occasion pour venir l’entendre et passer quelques heures avec lui. Chacun se réjouit de ces retrouvailles devenues si rares. Autres retrouvailles, celle des parents avec Lulu Kreutz, amie de toujours, qui vit dans cette ville d’eau. Celle de Jascha avec Anna une violoniste de l’orchestre. Jascha aime Anna. Anna est là avec son mari. Le pique-nique en montagne, proposé par Lulu, va réunir tous ces êtres qui s’aiment mais que le temps sépare. Réunion improbable, échevelée, gaie, merveilleuse et désespèrée tout à la fois.

Les couloirs de l'hôtel. Paravents de tulle permettant de voir l'intérieur des chambres selon l'éclairage.

Les couloirs de l’hôtel. Paravents de tulle permettant de voir l’intérieur des chambres selon l’éclairage.

                                                                                                                           

2005 « Les rustres » de C.Goldoni par le Théâtre du Défi de Namur dans une mise-en-scène de B.Antoine. 3 plateaux lacustres reliés par des ponts pour les appartements et les quais vénitiens.

Venise au temps du carnaval.

2241_1099928341088_7696_n


 

                                            

2241_1099928461091_9079_n

2004 « Yvonne, Princesse de Bourgogne » de W.Gombrowicz par le Théâtre du Défi de Namur dans une mise-en-scène de B.Antoine. Un château conçu comme le gâteau rose et mièvre des apparences de la cour mais qui cache des chausses-trappes où se révèlent les âmes perverses des personnages Un conte de fées à l’envers; contrairement à ce qui se passe dans les récits merveilleux où le baiser du prince brise ’Un conte de fées à l’envers; contrairement à ce qui se passe dans les récits merveilleux où le baiser du prince brise l’enchantement et transforme le laideron en belle princesse, Yvonne reste triste et maussade. Le fils du roi a rencontré celle qui de toute éternité lui était destinée. Non parce qu’elle complète sa propre beauté, mais parce qu’elle en est l’antithèse vivante. Yvonne est dépourvue de toute grâce. Elle est dénuée d’esprit, apeurée et muette. Elle n’a même pas l’originalité d’une tare physique intéressante.C’est le repoussoir parfait dans la mesure où elle révèle à chacun non ce qu’il croit être, mais ce qu’il est en vérité ; en la regardant, chacun rencontre sa propre image. Non celle que renverrait un miroir fidèle – celle au contraire que dénude le miroir magique qui ne ment jamais : chacun s’aperçoit qu’il est le roi nu ; le laborieux édifice des conventions s’effrite.Yvonne est dominée par la peur. Car ce qu’elle représente – le dévoilement de la vérité chez autrui – est insoutenable pour tout le monde. Chacun a la révélation de sa propre grimace. La grimace du roi répond à la grimace de la reine. Le secret que tout le monde cache est percé à jour : derrière le masque, il n’y a rien. L’enveloppe est vide. La cour royale est une cour fantôme..

Le Prince et le conseiller espionnent Yvonne.

Le Prince et le conseiller espionnent Yvonne.

2201_1099953381714_4048_n 34811_1741084169583_7659287_n 163243_1743472149281_2976931_n La Reine 163243_1743472229283_3001868_n
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s